De Pompéi à Nancy

Un étudiant modèle

Prosper Morey a vingt ans lorsqu’il arrive à Paris. Poussé par des parents ambitieux, ou bien par un talent précocement révélé, il se forme dans l’atelier d’un architecte florissant, Achille Leclère, et entre bientôt à l’École des Beaux-Arts.

Mathieu-Prosper Morey naît le 27 décembre 1805 à Nancy dans une famille de plâtriers installée rue des Quatre-Églises. On ne connaît rien de son enfance ni de son adolescence : peut-être a-t-il suivi un apprentissage dans un métier du bâtiment qui aurait révélé un talent de dessinateur, ou bien les cours de dessin d’une école locale. Néanmoins son crayon devait être suffisamment prometteur pour qu’il envisage une carrière d’architecte et entreprenne de se former à Paris.

L’enseignement de l’architecture s’apparente alors encore à une mise en apprentissage : les architectes renommés accueillent et forment les élèves dans leur atelier. Cependant la création de l’École des Beaux-Arts en 1819 change la donne : désormais, une succession de concours sanctionnera les carrières et ouvrira des voies royales aux meilleurs produits du système.

Morey entre chez Achille Leclère (1785-1853), ancien élève de Percier, le fameux architecte et décorateur de Napoléon. Grand Prix de Rome en 1808, Leclère est auréolé des connaissances acquises auprès de son maître et lors de son séjour romain. Le maître est alors à l’apogée de sa carrière : à la tête d’un atelier où se presse une foule d’étudiants, il est chargé de dessiner le nouveau faubourg Poissonnière à Paris. Bientôt élu à l’Académie des Beaux-Arts, puis nommé au Conseil des Bâtiments civils, il offrira à Prosper Morey, l’un de ses élèves les plus remarquables, un constant appui pendant son séjour à Rome et dans les débuts de sa carrière. C’est chez lui que Morey rencontre pour la première fois un jeune excentrique, Eugène Viollet-le-Duc.

Portrait de Prosper Morey
Prosper Morey d'après un dessin de Sellier