L'hôpital civil

Description

Dès le début des années 1870, le surpeuplement de l’hôpital Saint-Charles devient préoccupant. Parmi les solutions envisagées, celle d'un nouvel édifice sur un terrain situé au-delà de la porte Saint-Nicolas, appelé « la Prairie », rue de Strasbourg, est acté en 1877. Le chantier aurait dû revenir à Genay, l'architecte attaché aux Hospices civils, mais la ville, finançant les travaux, s'arroge le droit de désigner son propre architecte : Prosper Morey.
Celui-ci élabore un projet architectural intégrant sans aucune réticence les exigences des hygiénistes, réunies dans le rapport de Gabriel Tourbes du 9 mai 1877.
Le professeur y définit clairement les recommandations les plus satisfaisantes pour les malades et l’enseignement. D’abord, il établit trois possibilités architecturales : construire un seul grand bâtiment abritant tous les services, ériger des pavillons distincts, ou opter pour un système mixte. Cette dernière solution est retenue à Nancy car elle offre les avantages hygiéniques du système pavillonnaire mais sans ses difficultés de communication Ensuite il précise certaines règles d'hygiène en termes de dimensions des salles, de confort, de luminosité et d’ensoleillement, d’aération… Il décrit aussi l’organisation et les besoins en locaux d'enseignement.
Ainsi, Prosper Morey prend en compte les avis du rapporteur et organise l’hôpital en plusieurs services : les pavillons d’hospitalisation et d'enseignement clinique ; les bâtiments dits généraux pour l’administration, la cuisine et la lingerie ; un quartier pour le logement de vingt à trente religieuses à proximité de la chapelle.
D'allure imposante, les bâtiments restent sobres, ce qui cadre bien avec leur vocation. Cet aspect est néanmoins atténué par certains détails décoratifs (colonnes, arcs, embrasures de fenêtres) et aussi par l'aménagement des cours intérieures en jardins.
La première tranche de construction est réalisée entre 1879 et 1883. Lors de son ouverture en octobre 1883, la capacité disponible est de trois cents lits. L'inauguration officielle a lieu le 6 novembre ; le nouvel hôpital est alors dénommé Hôpital civil. Il prendra le nom d’Hôpital central en 1931.
Cette nouvelle construction est couronnée d’éloges : « au point de vue de la salubrité, de l’espace, de l’orientation, de la distance à la Ville et à la Faculté de Médecine, tout est parfait. Les salles des malades spacieuses, bien éclairées, aérées, chauffées, ne laissent rien à désirer sous le rapport de l’hygiène et des besoins de l’enseignement ».(Edgar Audiat, 1905 ).